La forme, la santé, la beauté par les plantes !

le blog de Brigitte Cesana

L’ALGUE BLEUE AFA (algue Klamath) ET LE CANCER

| 4 Commentaires

L’ALGUE BLEUE AFA (algue Klamath) ET LE CANCER

L’effet d’AFA sur la migration  des lymphocytes NK (cellules tueuses)

 

Le cancer est l’une des premières causes de mortalité aux Etats-Unis.

Dans le monde, des dizaines de millions de gens meurent chaque année d’un cancer.

Aux Etats-Unis, plus d’une personne sur trois souffrira d’un cancer au cours de sa vie.

Il est important de savoir comment et pourquoi une personne voit soudain se développer en elle un cancer.

 

Qu’est-ce que le cancer ?

Le cancer est une maladie au cours de laquelle certaines cellules subissent une division anormale.

En moyenne, le corps humain contient plus de 54 mille milliards de cellules.

Des millions d’entre elles meurent chaque jour et doivent être remplacées et ce processus de remplacement est appelé division cellulaire : une cellule se divise en deux cellules et ainsi de suite.

Donc le résultat de la division normale d’une cellule est deux cellules saines.

Mais il arrive parfois, en raison  de divers facteurs, qu’une cellule dégénère et commence à se diviser de manière anarchique. Cette cellule est alors appelée cancéreuse.

La gravité du cancer dépend de son taux de croissance, de l’organe ou des tissus touchés, de l’état du système immunitaire et de bien d’autres facteurs.

 

Quelle serait la cause d’une division cellulaire anormale ?

 

D’une manière simplifiée, les éléments ou substances qui contrarient la division normale des cellules sont appelées cancérogènes (ou carcinogènes).

Des milliers de substances chimiques banales présentes dans notre nourriture,  notre eau et notre air sont cancérogènes.

Le nombre de cancers est en augmentation parce que la quantité de cancérogènes d’origine domestique et industrielle s’accroît.

Une exposition prolongée au soleil peut également entraîner un cancer de la peau.

Si 99,9999% des cellules d’un corps se divisent normalement, cela veut dire qu’à  peu près 5 millions de cellules potentiellement cancéreuses sont produites par jour.

Vous pouvez en conclure qu’à tout moment, votre corps contient des cellules potentiellement génératrices d’un cancer.

Que vous développiez ou non un cancer dépend du nombre d’agent cancérogènes auxquels vous êtes exposé, de votre capacité à les éliminer  et de la solidité de votre système immunitaire, lequel est chargé de détruire les cellules cancéreuses nouvellement formées.

Que nous développions ou non une infection virale ou un cancer dépend en grande partie de la solidité de notre système immunitaire.

Qu’est-ce que le système immunitaire ?

Il s’agit d’un groupe de tissus et d’organes dont le rôle est de protéger notre corps contre les substances ou organismes qui pourraient causer  une maladie.

Le système immunitaire dans son ensemble est très complexe.

Il est composé de nombreux organes et tissus (moelle osseuse, rate, ganglions lymphatiques, thymus…) qui produisent différents types de cellules dotées de fonctions immunitaires spécifiques ainsi que des molécules chimiques modulant ces différentes fonction immunitaires.

L’un de ces types de cellules est appelé cellules tueuses naturelles ou lymphocytes NK. Il s’agit d’un sous ensemble des lymphocytes T.

Elles sont également appelées lymphocytes T cytotoxiques, ce qui signifie « toxiques pour d’autres cellules ».

L’une de leurs principales fonctions au sein du corps est de rechercher et de tuer les cellules cancéreuses ou infectées par des virus.

 

Comment travaillent les cellules tueuses naturelles ?

Les lymphocytes NK sont capables de reconnaître les cellules cancéreuses ou celles qui ont été infectées par un virus.

La stratégie de ces lymphocytes NK est radicale : ils s’approchent directement des cellules cancéreuses ou viro-infectées et relâchent de puissants radicaux libres dans leur environnement immédiat.

Ces radicaux libres créent un trou dans la cellule, qui en meurt. La cellule morte est ensuite phagocytée (« mangée ») par un autre type de cellules immunitaires, les macrophages, les éboueurs de l’organisme.

Pour quitter le flux sanguin, atteindre les tissus cibles et reconnaître les cellules anormales, les lymphocytes NK disposent de molécules dites « d’adhésion » qui leur permettent de passer du sang aux tissus à travers la paroi des capillaires, ainsi que de molécules en surface (des récepteurs) qui les aident à détecter les cellules infectées.

 

L’effet d’AFA (algue Klamath) sur la migration  des lymphocytes NK (cellules tueuses)

Algue Bleue AFA

Algue Bleue AFA

Au Royal Victoria Hospital, l’équipe de chercheurs sous la houlette du Dr Gitte S. Jensen a découvert que :

Dans les deux heures suivant l’ingestion de 1,5 gramme d’algue bleue AFA (algue Klamath), une moyenne de 40% des lymphocytes NK sanguins (un milliard) quittait la circulation sanguine pour migrer dans les tissus.

Ils ont également découvert que dans certains cas, les lymphocytes NK restés dans le sang avaient deux à trois fois plus de molécules d’adhésion qu’avant l’ingestion d’algue bleue AFA (algue Klamath).

Après quelques heures, les lymphocytes NK étaient retournés à la circulation sanguine.

 

Conclusion

Le fait d’ingérer l’algue bleue AFA (Aphanizomenon flos-aquae) déclenche la migration de 40% des lymphocytes NK circulant dans le sang vers les tissus où leur fonction principale est la surveillance immunitaire et l’élimination des cellules cancéreuses et viro-infectées.

D’autres recherches pourraient démontrer que l’ingestion de petites quantités d’AFA (algue Klamath) tous les jours pourraient aider à la prévention du cancer et des infections virales.

Aucune autre substance connue ne déclenche un tel mouvement des lymphocytes NK dans le corps.

 

Récemment, la première étape d’un vaste projet de recherche entrepris au Royal Victoria Hospital de Montréal, au Canada, a produit des résultats remarquables.

Ce projet dans son ensemble a pour but d’étudier les effets d’Aphanizomenon flos-aquae (AFA) sur les systèmes immunitaire et endocrinien, ainsi que sur la physiologie sanguine en général.

Au cours de cette étude, il a été découvert que l’ingestion d’AFA (algue Klamath) a un effet profond et unique sur les cellules tueuses naturelles (les lymphocytes NK).

Ces résultats ont récemment été publiés sous le titre :  « Effects of the Blue Green Algae Aphanizomenon flos-aquae on Human Natural Killer Cells » apparaissant au chapitre 3.1 de la IBC Library Series, Volume 1911,  « Phytoceuticals: Examining the health benefit and  pharmaceutical properties of natural antioxidants and phytochemicals. »

Pour plus d’information sur l’algue bleue AFA (algue Klamath) ou son concentré :

http://brigittecesana.stemtech.com/FR/SE2.aspx

contactez moi : +33 06 28 08 89 74

brigitte.cesana@gmail.com

 

 

 

4 Commentaires

  1. Bonjour je voudrais savoir si l’algue afa agit sur les personnes en fin de vie svp

  2. I’m impressed, I must say. Rarely do I come across a blog that’s equally educative and interesting, and without a doubt, you have hit the nail on the head. The problem is something that not enough men and women are speaking intelligently about. I am very happy that I stumbled across this in my hunt for something concerning this.

  3. votre produit est-il de provenance direct du lac aux états-unis ????

Laisser un commentaire

Champs Requis *.

*