La forme, la santé, la beauté par les plantes !

le blog de Brigitte Cesana

De l’algue bleue AFA (Aphanizomenon flos-aquae) à Stemenhance de Stemtech et SE2

| 9 Commentaires

Il a rarement été observé autant de retours positifs de la part de consommateurs au sujet de l’algue bleue AFA (Klamath).

Il faut dire qu’il s’agit d’un des aliments les plus complet de la planète, dixit le livre d’Anne-Marie Pietri (Ed. Lanore), une kinésithérapeute installée en Corse qui s’est passionnée pour cette micro-algue poussant à l’état sauvage qui nous vient de l’Oregon.

La connaissance en Occident de l’algue AFA du lac Klamath commence par sa découverte par un botaniste amateur, dans les années 1970. Au début des années 1980, elle a été commercialisée sous forme de complément alimentaire aux États-Unis.

Suite aux témoignages étonnants de certains utilisateurs concernant ses bénéfices, des recherches scientifiques ont été entreprises, notamment à l’université de l’Illinois aux États-Unis (1995) et à l’Université d’Urbino en Italie.

Christian Drapeau arrive sur la scène de l’AFA (Klamath) en 1990. En tant que chercheur en botanique et neurophysiologiste, Christian Drapeau commence à faire des recherches scientifiques pour analyser ce qui n’était alors que spéculation concernant les avantages de l’AFA.

Avec l’aide de son équipe de recherche, Christian Drapeau commença à mener des expériences sur la plante.

Peu après, la communauté scientifique rapporta des découvertes indiquant que l’AFA (Klamath) contenait des molécules spécifiques promouvant divers aspects de la santé humaine. Cependant, de nombreux avantages de la plante restaient sans explication.

Inspiré par de nouveaux développements dans la recherche sur les cellules souches humaines, Christian Drapeau eut une idée nouvelle : et si l’AFA (Klamath) promouvait d’une certaine manière la libération d’un plus grand nombre de cellules souches par le corps ?

Motivé par ce nouveau défi, l’équipe de recherche passa à la vitesse supérieure.

En 2000, plus de 150 expériences plus tard, Christian Drapeau et son équipe ont fait une percée scientifique. Ils avaient enfin isolé les composants uniques responsables des avantages de l’AFA (Klamath) .

Sur la base de cette extraordinaire découverte, Christian Drapeau développa un mélange exclusif de concentrés d’AFA offrant aux consommateurs une méthode pratique de bénéficier des avantages de la plante sous forme de supplément : « Stemenhance » et mit le produit sur le marché international.

Avec le lancement de StemEnhanceStemtech HealthSciences connaît une croissance exponentielle. Cette croissance est partiellement alimentée par une étude clinique révolutionnaire publiée dans la revue hautement respectée Cardiovascular Revascularization Medicine.

De quoi est composé StemEnhance et en quoi est il  différent de l’Aphanizomenon flos-aquae (Klamath) pure ?

StemEnhance de Stemtech est un mélange breveté et exclusif complètement naturel de concentrés riches en nutriments d’Aphanizomenon flos-aquae (AFA).

Par contre, l’AFA (Klamath) n’est pas concentrée.

StemEnhance de Stemtech dispose de deux brevets.

 

Vous trouverez ci-dessous une étude dirigée par le Dr Stefano Scoglio et conduite en collaboration avec l’Université d’Urbino sur plusieurs propriétés de l’algue AFA (Klamath) :


L’algue bleue Klamath (Aphanizomenon flos-aquae (AFA) a un profil nutritionnel très complet et à haute biodisponibilité : 20 acides aminés, plus de 60 minéraux et oligoéléments identifiés, 14 vitamines, 15 caroténoïdes, de la chlorophylle, des β–carotènes, AG omégas 3 et 6, polyphénols, ainsi que des molécules spécifiques algales telles que mycosporine-like aminoacids (MAAs) [mycosporines algales], AFA–phycocyanines (AFA–PCs), β–phényléthylamine (PEA).
Le nom scientifique de la microalgue bleue Klamath est Aphanizomenon flos-aquae (AFA).

Cette algue unicellulaire d’eau douce du lac Klamath est une petite cyanobactérie du phylum des cyanophytes, de la classe des Myxophycées, de l’ordre des Nostocales, de la famille des Nostocaceae, du genre Aphanizomenon et de l’espèce flos aquae, vivant en colonies filamenteuses.
Elle se concentre à la surface de l’eau pour former les efflorescences algales, ou blooms. Son apparence bleu-vert provient de l’association de la chlorophylle avec d’autres pigments, dont les phycocyanines.

Le lac Klamath est une grande étendue d’eau (325 km2) d’altitude, situé dans l’Oregon (États-Unis) et alimenté exclusivement par l’eau de source provenant des volcans environnants. La situation privilégiée du lac Klamath confère à ses eaux une grande richesse en minéraux volcaniques et en oxygène. Il bénéficie d’un ensoleillement intense, qui permet à l’algue de développer d’importantes propriétés photosynthétiques. Ses caractéristiques géographiques et géologiques en font un écosystème unique, faisant partie d’une zone naturelle protégée, propice au développement d’AFA.
En outre, les eaux du lac Klamath ont fait l’objet de nombreuses analyses effectuées par les agences gouvernementales locales depuis 1990 et se sont toujours avérées exemptes de pesticides, de métaux lourds et d’autres contaminants chimiques. Les analyses conduites sur les récoltes d’algues ont confirmé cette absence de polluants chimiques.

L’algue bleue AFA (Klamath) est récoltée directement dans le lac au moment de sa pleine « floraison », quand son profil nutritionnel et enzymatique est optimal, avec une méthode permettant de cueillir seulement les efflorescences ou blooms.

Richesse nutritionnelle de la microalgue :

L’AFA (Klamath) a un profil nutritionnel très complet et à haute bio-disponibilité. Une technologie spécifique a été mise au point pour préserver la composition naturelle de l’algue (RW Max®).

Elle contient :

a) des acides aminés :
Tous les 20 acides aminés, dont dix essentiels dans une proportion identique à celle reconnue optimale pour le corps humain, donc assimilables (arginine : 41,20 mg/g, histidine : 10,50 mg/g, isoleucine : 25,20 mg/g, leucine : 41,20 mg/g, lysine : 25,60 mg/g, méthionine : 9,80 mg/g, phénylalanine : 18,90 mg/g, thréonine : 28,20 mg/g, valine : 24,70 mg/g).

Parmi ces acides aminés, il y a les trois précurseurs de neurotransmetteurs : phénylalanine (18,90 mg/g), tryptophane (11,50 mg/g) et trypsine. Elle contient donc entre 60 et 70 % de protéines nobles.

b) des minéraux :
Le spectre complet des minéraux, plus de 60 minéraux et oligo-éléments identifiés, présents sous forme organique, donc assimilables.

Elle est une des sources végétales les plus riches en calcium (6,6 mg/g), mais elle fournit également une quantité significative de fer (de 0,29 à 2 mg/g), de fluor (0,95 mg/g) et de vanadium (2-3 mcg/g) ;

c) des vitamines :
La gamme complète des vitamines (14), dont la vitamine E (280 mcg/g) et toutes les vitamines du groupe B, avec les vitamines B3 (4 000 mcg/g), B1 (250 mcg/g), B9 (40 mcg/g), B5 (1,55 mg/g) et, en particulier, une haute teneur en vitamine B12 sous forme assimilable (1 mg/g).

Cette dernière est reconnue essentielle à la multiplication cellulaire. La biodisponibilité de la vitamine B12 issue de microalgues est encore un sujet controversé, mais une étude menée par l’équipe du Dr Scoglio en collaboration avec le Dr Luciana Baroni de l’Association végétarienne italienne, a montré que la vitamine B12 de l’algue bleue AFA est beaucoup plus bio-disponible que celle d’origine synthétique.
d) du β–carotène et des caroténoïdes :
Elle possède une forte teneur en β–carotène sous la forme cis et trans dans un rapport équilibré (300 mcg/g), ce qui permet sa bonne assimilation, De plus, l’algue bleue AFA contient le spectre complet des 15 caroténoïdes, dont l’alpha et le gamma, mais aussi les principales xanthophylles, telles que la lutéine, la zéaxanthine, l’astaxanthine, la cantaxanthine et le lycopène.

Les études ont démontré que seul ce spectre complet à l’état naturel présente l’action antioxydante la plus puissante par rapport au β–carotène de synthèse.

e) des antioxydants non caroténoïdes :
Parmi les autres substances anti-oxydantes, l’algue bleue AFA contient une quantité importante de chlorophylle (1-1,5 %) ; des polyphénols, dont l’acide caféique ; des molécules spécifiques algales telles que les MAAs (mycosporine-like aminoacids) ou mycosporines algales ; et les AFA–phycocyanines (AFA–PCs).

f) des acides gras insaturés et polyinsaturés :
Elle est une des sources végétales les plus riches en omégas 3 (elle en fournit jusqu’à 15 mg/g, et en particulier l’acide n–3 α–linolénique, acide gras essentiel à de nombreuses fonctions métaboliques) et omégas 6 dans la proportion retenue optimale par les nutritionnistes (2:1). Ce qui explique, en partie, sa capacité à normaliser le métabolisme des graisses (cholestérol, triglycérides).

g) des pigments :
Nous avons déjà cité les phyco-cyanines, pigments bleu-vert, qui représentent environ les 10 % du poids sec de l’algue (10 mg/g)

h) des polysaccharides et des peptides à forte action immunostimulante.
Cette microalgue bleu-vert contient aussi une bonne quantité de β–phényléthylamine (PEA) [2-3 mg/g]

Enfin, cette source naturelle et complète de nutriments et de molécules nutraceutiques est facilement assimilable par l’organisme (> 97 %), avec un fort effet synergique de son complexe d’actifs.

Toxicologie et contrôle de la matière première

Il existe, dans l’opinion publique, une certaine crainte quant à la toxicité des microalgues, car certaines souches produisent des toxines.

Ce n’est pas le cas de la spiruline, de la chlorelle et de l’algue bleue AFA.
Pour ce qui concerne l’algue bleue AFA (Klamath), il est établi que la souche spécifique du lac Klamath non seulement n’est pas toxique, mais de plus elle est génétiquement incapable de produire des toxines. Donc, elle ne contient ni anatoxines, ni saxitoxines.
Le seul risque auquel la Klamath est exposée est celui de l’éventuelle contamination par Microcystis aeruginosa, une cyanobactérie colonisant fréquemment les peuplements d’autres espèces de cyanobactéries et produisant la microcystine, toxine potentiellement hépatotoxique.

Toutefois, le risque de contamination par la microcystine concerne tous les types d’algues et même toutes les productions provenant du milieu aquatique, y compris la consommation d’eau potable et l’utilisation de l’eau courante.

l’algue bleue AFA est contrôlée régulièrement pour éviter un tel risque, et tous les lots de la microalgue vendus ont toujours une valeur de microcystine inférieure à la limite de sécurité fixée par l’OMS, qui est de 1 ppm (c’est-à-dire : 1 μg/l) de microcystine pour les suppléments nutritionnels à base d’algues (limite acceptée aussi en France).
Par ailleurs, il est important de mentionner une étude in vivo qui a confirmé la non-toxicité de l’algue bleue AFA : des souris ont été supplémentées avec de l’algue bleue AFA enrichie en microcystine (jusqu’à 333 µg/kg de poids corporel), le but étant de vérifier si la microcystine, à ces doses toxiques administrée en tant que molécules purifiées, étaient aussi toxiques dans le totum.

Les résultats obtenus ont montré l’absence de toxicité de l’association Klamath-microcystine chez ces animaux, ce qui confirme l’hypothèse de la neutralisation de la toxicité de la microcystine par le complexe antioxydant endogène de la Klamath.

Sur la base de ces résultats, par extrapolation, la dose journalière de microcystine présente dans l’algue bleue AFA susceptible d’être tolérée par l’homme deviendrait 20 μg/j, ce qui augmente d’un facteur de 20 la marge de sécurité de la microalgue.

 

Vous souhaitez vous procurer « Stemenhance » de Stemtech ou sa formule améliorée « SE2″ ?

Rendez-vous sur mon site : http://brigittecesana.stemtech.com/

Cliquez sur le drapeau Français, puis sur « PASSER COMMANDE », mettez les produits dans votre panier et réglez directement en ligne (paiement sécurisé).

Pour plus d’informations contactez-moi au 06 28  08 89 74

ou brigitte.cesana@gmail.com

http://brigittecesana.stemtech.com

 

 

 

 

9 Commentaires

  1. Très contente des résultats avec ces gélules ,mon Mari commence a retrouver le moral et la forme après 15 jrs de traitement.
    Merci beaucoup

  2. Pingback : SE2, LE LIBERATEUR DE CELLULES SOUCHES DE STEMTECH, NOUS AIDE A MAINTENIR NOTRE SANTE A SON PLUS HAUT NIVEAU | La forme, la santé, la beauté par les plantes !

  3. J’ai toujours beaucoup souffert pendant mes règles, depuis que je prend SE2 les douleurs se sont nettement améliorées.

  4. J’ai des crises de goutte depuis plusieurs années qui m’ont forcé à prendre beaucoup d’anti-inflammatoires, ce qui m’a déclenché un ulcère à l’estomac. Une amie m’a parlé de SE2 que je prend maintenant et je n’ai plus de douleurs ni d’effets secondaires !

  5. Diabète
    Je suis atteint d’un diabète de type 1 depuis 1 an et demi et dois me piquer 3 fois par jour (1 fois à chaque repas) et 1 fois la nuit.
    A la suite d’une pancréatite aigue j’ai même dû doubler les doses, soit 10 unités d’insuline à chaque repas et 16 unités la nuit.
    J’ai essayé la Chlorelle et la Spiruline sans succès.
    J’ai commencé à prendre SE2 il y a 40 jours à raison de 2 SE2 X 2 fois par jour. Il n’y a pas eu d’amélioration notable les 30 premiers jours.
    Depuis 15 jours mon taux de sucre descend tout seul, mon pancréas secrète apparemment à nouveau de l’insuline, je ne me pique plus du tout pendant la journée, j’en suis rendu à 3 unités seulement le soir et à 18 unités d’insuline la nuit.
    A ce rythme à la fin du mois je ne me piquerai plus du tout !!!
    Cela change la vie et surtout le moral !
    Antoine

  6. En tout cas , j’ai 70 ans , je prenais pour les douleurs des extraits d’huile de poisson je suis passée à 2 SE2 le soir 4 jour après la douleur dans la hanche a disparu , je monte allègrement les escaliers, les douleurs des genoux diminuent , je vais reprendre la gym que j’avais arrêté depuis juillet

  7. Bonjour,
    Faisant régulièrement des poussées d’herpès génital (dès que je suis fatiguée), je suis obligée de prendre à chaque fois du VALACICLOVIR. Ce qui n’est pas très bon pour la santé à long terme. Pensez-vous que le SE2 ou le STEMENHANCE pourrait m’aider à espacer voire à supprimer ces crises d’herpès génital? Avez-vous eu des retours d’utilisateurs ayant rencontré des résultats positifs sur leur herpès génital suite à l’utilisation des produits STEMTECH?
    Par ailleurs, depuis peu, on m’a diagnostiqué des cellules oncogènes au niveau du col de l’utérus lors d’un frottis. On m’a réalisé une biopsie. J’attends les résultats. En attendant, je faire une cure de gélules de shiitaké et j’ai fait une cure de 15 jours de feuilles de corossol (graviola). Pensez-vous que le SE2 ou le STEMENHANCE pourraient eux aussi m’aider à faire disparaître ces cellules oncogènes?
    Est-ce que le STEMFLO agit aussi sur les varices? Je pose la question car j’ai des problèmes de circulation. Mes varices me lancent par moment, elles sont douloureuses.
    Par avance merci de votre retour. Cordialement. Mireille

Laisser un commentaire

Champs Requis *.

*